La période néerlandaise (1815 –1830)

Après la défaite de Napoléon, les alliés décident, lors du Congrès de Vienne en 1815, de créer un Etat tampon au nord de la France. Les Pays-Bas du Nord et du Sud, ainsi que la principauté de Liège, sont réunis en un seul Etat : le Royaume-Uni des Pays-Bas. Guillaume  1er d’Orange en devient le souverain.

 

Guillaume 1er stimule le développement industriel de la Belgique. Il soutient la mécanisation de l’industrie, améliore l’infrastructure des moyens de communication et offre un soutien financier aux entrepreneurs. Le premier chemin de fer a été construit en Belgique en 1834. Les grands industriels wallons et gantois appuient sa politique. L’industrie textile rurale non mécanisée de Flandre souffre, elle, de la concurrence des grandes usines et l’insatisfaction s’installe.

 

L’Eglise catholique soutient l’opposition dans les campagnes, car elle refuse d’accepter un souverain protestant. De plus, Guillaume 1er essaie de réduire le pouvoir de l’Eglise, ce qui renforce encore la méfiance de celle-ci à l’égard du souverain.

 

Au niveau politique, le roi est autoritaire. Les libéraux demandent un gouvernement composé de ministres responsables avec un vrai pouvoir de décision, mais le souverain refuse. En Flandre, Guillaume 1er veut imposer le néerlandais comme langue officielle. Cette mesure contrarie les jeunes bourgeoisies wallonne et flamande francophones, qui se sentent menacées dans leur carrière. La maîtrise du néerlandais est une condition pour accéder à un poste élevé dans l’administration du pays. Leur pouvoir économique grandissant avec la croissance industrielle ne fait qu’accentuer les frustrations liées à l’absence du pouvoir politique.

 

En 1828, les catholiques et les jeunes libéraux s’unissent et signent un programme commun. Cette union peut paraître étrange, vu la différence des opinions entre les partisans des deux mouvements. Mais il y a une chose qui les unit : le rejet de la monarchie néerlandaise. Pour les catholiques, cette monarchie représente un grave danger pour la confession catholique. Pour les libéraux, les intérêts économiques restent indissociables du pouvoir politique auquel la bourgeoisie aspire. Aux Pays-Bas du Sud, les tensions grandissantes vont déboucher sur une scission d’avec le Nord, et sur la création d’un Etat belge indépendant après la révolution de 1830.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×